Méditation de Jésus

 - La Paix soit avec toi. L'avènement de Mon règne sur terre est à portée de main et Ma Volonté sera faite sur terre comme Elle l'est au Ciel et dans vos coeurs, Je reconstruirai l'unité de Mon Eglise. Je n'attendrai pas plus longtemps une approbation humaine et Mon Epouse sera à nouveau revêtue d'une Gloire éclatante. L'anathème de division sera levé et la Femme vêtue de la splendeur du soleil, que J'envoie avant Moi pour vous éduquer, vous encouragera. Je Lui ai donné le pouvoir sur toutes races et toutes contrées pour ouvrir une large route pour Moi. La fumée qui a pénétré dans le coeur de Mon Sanctuaire, souillant Calice, Tabernacle et tout ce qui est saint, se dissipera d'un coup par Mon Souffle.

Alors les nations parleront un seul langage et toutes M'adoreront autour d'Un Seul Tabernacle, Celui de l'Agneau Immolé, Celui du Sacrifice Perpétuel que Mes ennemis essaient d'abolir et de remplacer par leur désastreuse abomination (Dn 11.31).

Très bientôt maintenant, Mon ami, Je serai de nouveau avec vous tous. Et Ma prière sacerdotale au Père sera accomplie: vous serez un comme Nous dans la Sainte Trinité. J'ai encore, cachées dans Mon Sacré Coeur, beaucoup de choses à te divulguer et à te montrer car les Trésors que J'ai en Moi sont innombrables mais il y en a trop pour que tu les prennes maintenant; ton âme ne pourrait pas tout saisir; mais petit à petit, Je te dévoilerai les Trésors de Mon Sacré Coeur et pas à pas, Je te guiderai dans ce qui ressemble à un Phare: un Mystère d'une Insondable Richesse qui a été caché durant des générations et durant des siècles. Je te révélerai, Mon ami, la riche gloire de l'Espérance, de la Sagesse et de la Connaissance. Sois enraciné en Moi et tu porteras fruit; reste en Moi et tu vivras. Je t'ai dit tout cela, Mon ami, afin que lorsque viendront les épreuves, tu ne chancelles pas. L'Amour est à ton côté. Aime-Moi.

- La Paix soit avec toi. Je suis là. Je suis Jésus-Christ. Je suis devant toi. Je suis ton Maître et Je t'aime. Le Mal a été vaincu par Mon propre Sacrifice. Ne dormez pas, car Je viens bientôt. Je suis la Révélation. J'ai des nouvelles qui parleront. Parle-Moi de Ma Crucifixion .

- Quand ils M'ont eu flagellé, ils ont craché sur Moi et M'ont porté plusieurs coups violents à la Tête qui M'ont laissé étourdi. Ils M'ont donné des coups de pied à l'estomac qui M'ont coupé le souffle et fait tomber à terre, gémissant de douleur. Ils ont fait de Moi le jouet de leurs divertissements en Me donnant des coups de pied à tour de rôle. J'étais méconnaissable. Mon Corps était brisé, ainsi que l'était Mon Coeur. Ma Chair, qui était déchirée, pendait sur tout Mon Corps. L'un d'entre eux M'a ramassé et M'a traîné parce que Mes jambes ne pouvaient plus Me soutenir .

Ils M'ont ensuite revêtu d'un de leurs vêtements, ils M'ont tiré en avant et, renouvelant leurs coups, ils M'ont frappé au Visage, ils M'ont brisé le Nez  et M'ont torturé. J'entendais leurs injures. Mon enfant, de quelle haine et de quelles moqueries résonnaient leurs voix, augmentant Ma Coupe ! Je les entendais dire : " Où sont mobilisés tes amis pendant que leur roi est avec nous ? Tous les Juifs sont-ils aussi lâches que ceux-ci ? Regardez leur roi ! "

Et ils M'ont couronné d'une Couronne tressée d'Epines, Mon enfant. " Où sont tes Juifs pour te saluer ? Tu ES bien roi, n'est-ce pas ? Peux-tu imiter un roi ? RIS ! Ne pleure pas. Tu es roi, n'est-ce pas ? Alors, comporte-toi donc comme tel ".

Ils M'ont lié les Pieds avec des cordes et M'ont dit de marcher jusqu'à l'endroit où se trouvait Ma Croix. Mon enfant, Je ne pouvais pas avancer puisqu'ils M'avaient lié les Pieds. Alors ils M'ont jeté à terre et traîné par les cheveux jusqu'à Ma Croix. Ma Souffrance était intolérable. Des parties de Ma Chair qui pendaient après la Flagellation ont été arrachées. Ils ont desserré les liens de Mes Pieds et M'ont donné des coups de pieds pour que Je Me relève et que Je soulève Mon fardeau sur Mes Epaules. Je ne pouvais pas voir où se trouvait Ma Croix car les Epines qui avaient pénétré Ma Tête Me remplissaient les Yeux de Sang qui coulait sur Mon Visage. Alors, ils ont soulevé Ma Croix, l'ont posée sur Mes Epaules et M'ont poussé vers la porte.

Mon enfant, oh ! comme elle était lourde, la Croix que J'ai dû porter ! J'ai avancé à tâtons vers la porte, guidé par le fouet derrière Moi. J'essayais de voir Mon chemin à travers Mon Sang qui Me brûlait les Yeux. J'ai alors senti quelqu'un essuyer Mon Visage :

des femmes agonisant de compassion se sont avancées pour laver Mon Visage tuméfié. Je les entendais pleurer et se lamenter, Je les ai senties. " Soyez bénies ", leur ai-Je dit, " Mon Sang lavera tous les péchés de l'humanité. Regardez, Mes filles, le temps de votre salut est arrivé ". Je Me suis redressé avec peine. Les foules s'étaient déchaînées. Je ne voyais aucun ami autour de Moi ; aucun n'était là pour Me consoler. Mon agonie semblait augmenter et Je suis tombé à terre. Craignant que J'expire avant la Crucifixion, les soldats ordonnèrent à un homme appelé Simon de porter Ma Croix.Mon enfant, ce n'était pas là un geste de bonté, ni de compassion, mais pour M'épargner pour la Croix.

Arrivés sur le Mont, ils M'ont jeté sur le sol en M'arrachant Mes vêtements, Me laissant nu pour M'exposer à la vue de tous. Mes Blessures se sont rouvertes, Mon Sang coulant à terre. Les soldats M'ont présenté du vin mêlé de fiel. Je l'ai refusé, car J'avais déjà au fond de Moi l'amertume que M'avaient donnée Mes ennemis.

Ils M'ont rapidement cloué d'abord les Poignets et, après avoir permis aux Clous de Me fixer à Ma Croix, ils ont étiré Mon Corps brisé et, avec violence, ils M'ont transpercé les Pieds.

Mon enfant, ô Mon enfant, quelle souffrance ! Quelle agonie ! Quelle torture de Mon Ame ! Abandonné par Mes bien-aimés, renié par Pierre sur lequel Je fonderais Mon Eglise, renié par le reste de Mes amis, laissé tout seul, abandonné à Mes ennemis, J'ai pleuré car Mon Ame était remplie de douleur.

Les soldats ont dressé Ma Croix en la laissant tomber dans un trou.

De là où Je Me trouvais, J'ai contemplé la foule. Voyant à peine de Mes Yeux tuméfiés, J'ai regardé le monde. Je n'ai vu aucun ami parmi ceux qui se moquaient de Moi. Aucun n'était là pour Me consoler. " Mon Dieu ! Mon Dieu ! Pourquoi M'as-Tu abandonné ? " Abandonné par tous ceux qui M'aimaient.

 

Mon Regard s'est posé sur Ma Mère. Je L'ai regardée et Nos Coeurs Se sont parlé : " Je Te donne Mes enfants bien-aimés pour qu'ils soient également Tes enfants. Tu seras leur Mère ".

Tout s'accomplissait ; le salut était proche. J'ai vu les Cieux s'ouvrir et chaque ange se tenait debout. Tous étaient là, silencieux. " Père, entre Tes Mains Je remets Mon Esprit ; maintenant, Je suis avec Toi ".

Moi Jésus-Christ, Je t'ai dicté le récit de Mon agonie. Porte Ma Croix, mon enfant, porte-La pour Moi. Ma Croix implore la paix et l'amour. Je te montrerai le Chemin car Je t'aime, mon enfant.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site