Prières a Saint Joseph

                                                                                   

                                        Saint-Joseph est le: Patron du Canada 
                                   "Patron de l’Eglise Universelle et des charpentiers"

Sa vie :
Charpentier à Nazareth, il fut le père nourricier du Christ, sachant parfaitement qui il était lorsqu’il épousa Marie. C’est lui qui présenta Jésus au temple et qui l’emmena avec sa femme en Egypte pour fuir le massacre des nouveaux-nés qu’avait organisé Hérode. Lorsque ce dernier fut mort, ils revinrent à Nazareth où Joseph appris à Jésus le métier "de charpentier" qu’il connaissait. On sait qu’il est mort avant la Passion du Christ. Il est le Patron de l’Eglise Universelle et des travailleurs.

Les évangélistes ne nous ont conservé aucune parole de ce" juste", le charpentier de Nazareth en Galilée, fiancé Marie, la Mère de Dieu, époux aussi discret que fidèle et chaste. Père nourricier et éducateur de Dieu le Fils, devenu homme parmi les hommes de ce village, il le fait tout simplement. L’ange lui avait dit :" Ne crains pas de prendre chez toi, Marie, ton épouse." et Joseph prit chez lui Marie son épouse. - "L’ange lui avait dit :" Lève-toi, prends l’enfant et sa mère." et Joseph se leva, prit l’enfant et sa mère et s’enfuit en Egypte. Il est un vrai fils d’Abraham : il croit et fait ce que Dieu lui dit. Lorsque Jésus disparaît pendant trois jours lors du pèlerinage à Jérusalem, Joseph accompagne la quête de Marie :" Ton père et moi nous te cherchions." Et Jésus, même s’il se consacre désormais "aux affaires de son Père" n’en est pas moins soumis à celui qui, sur terre, a autorité paternelle sur lui. Le Père savait à qui il confiait son Fils unique et sa Mère. Les Orientaux honorent saint Joseph depuis toujours.
Les Latins l’ont méconnu longtemps.

Souvent représenté avec un bâton fleuri. Pie IX le déclara patron de l’Eglise universelle en 1870. Patron des charpentiers, des menuisiers, des mourants, des ouvriers. Patron de la Belgique, du Canada, du Pérou, du Vietnam. Nom issu de l’hébreu "Yosephyah" (que Dieu ajoute).

                                        

                                     Joseph, patron des personnes mourantes

 
Fidèle Joseph, devant la réalisation de la promesse du Seigneur, vous quittez ce monde en paix, entre les mains de Jésus et Marie. Votre foi transforme la mort en semence de vie, ainsi Dieu vous considère pour juste. Votre cœur se déverse en présence du Seigneur; les mains tendues vers Lui, votre nuit se remplit de prières. Parmi les vivants, vous entrez dans la grande marche vers la Terre promise.
Ouvrez-nos yeux au-delà de la mort pour entrevoir la route vers la Vie.
Que le déni, la colère et la déprime, rien ne puisse nous séparer de l’Amour de Dieu.
Soutenez notre foi en ce Dieu qui trouve toujours prétexte pour nous garder dans son amitié.
Soyez à nos côtés pour nous tenir la main lorsque nous ferons nos premiers pas vers le Royaume éternel. Amen

                                                                             

 O Saint Joseph dont la protection est si grande, si forte et si prompte devant le trône de Dieu, je mets en toi tous mes intérêts et désirs. O Saint Joseph, assiste-moi par ta puissante intercession et obtiens pour moi de ton divin Fils toutes les Bénédictions Spirituelles par Jésus-Christ Notre Seigneur, de telle manière qu’ayant engagé ici-bas ton pouvoir céleste, je puisse offrir mes remerciements et mon hommage au Père qui nous aime.

                                                                    

                                                                                                  Saint Joseph, ô vous qui,
                                                                                                  content d’une vie obscure, 
                                                                                                  avez mis votre joie à aimer
                                                                                                  de toute la tendresse 
                                                                                                  de votre coeur Jésus et Marie,
                                                                                                  priez pour nous, s’il vous plaît,
                                                                                                  afin que nous aussi,
                                                                                                 nous trouvions nos délices dans l’ombre
                                                                                                  et le silence de la vie cachée, 
                                                                                                  et que ne regardant que Jésus,
                                                                                                  n’écoutant que Jésus,
                                                                                                  ne suivant que Lui,
                                                                                                  et brûlant d’un tendre amour
                                                                                                  pour sa divine Mère,
                                                                                                  il nous soit donné de vivre
                                                                                                  et de mourir dans la douce union
                                                                                                  de la charité fraternelle 
                                                                                                  et dans la perfection
                                                                                                  de l’esprit religieux.

                                                                                                          Ainsi soit-il.

                                                                             

                                                                                               Ô bienheureux Joseph,
                                                                                               nous recourons à vous
                                                                                               dans notre tribulation et,
                                                                                               après avoir imploré le secours
                                                                                               de votre très sainte Epouse,
                                                                                               nous sollicitons aussi avec
                                                                                               confiance votre protection.
                                                                                               Par l’affection qui vous a uni
                                                                                                à la Vierge Immaculée Mère de Dieu,
                                                                                               par l’amour paternel dont vous avez
                                                                                               entouré l’Enfant Jésus,
                                                                                               nous vous supplions de regarder
                                                                                               avec bonté l’héritage que Jésus Christ
                                                                                               s’est acquis au prix de son sang,
                                                                                               et de nous assister de votre puissance
                                                                                               et de votre secours dans nos besoins.
                                                                                               Protégez, ô Gardien vigilant
                                                                                               de la divine Famille,
                                                                                                la race élue de Jésus Christ;
                                                                                                préservez-nous , ô Père très aimant,
                                                                                               de l’erreur et de la corruption;
                                                                                                assistez-nous du haut du ciel,
                                                                                                 ô protecteur très puissant,
                                                                                                dans le combat contre la puissance
                                                                                                des ténèbres. Et de même qu’autrefois
                                                                                                vous avez arraché l’Enfant Jésus
                                                                                                au péril de la mort,
                                                                                                défendez aujourd’hui
                                                                                                la sainte Église de Dieu
                                                                                                des embûches de l’ennemi
                                                                                                et de toute adversité.
                                                                                                Couvrez chacun de nous
                                                                                                de votre constante protection,
                                                                                                afin qu’à votre exemple
                                                                                                et par votre secours
                                                                                                nous puissions vivre saintement,
                                                                                                mourir pieusement et obtenir
                                                                                                la béatitude éternelle du ciel.
                                                                                                 Ainsi soit-il

                                                                                          

                                                                                                              A Saint Joseph

Glorieux Saint Joseph, époux de Marie,accordez-nous votre protection paternelle,nous vous en supplions par le Cœur de Jésus-Christ.Ô, vous dont la puissance infinie s’étend à toutes nos nécessités et sait nous rendre possibles les choses les plus impossibles,ouvrez vos yeux de Père sur les intérêts de vos enfants. Dans l’embarras et la peine qui nous pressent, nous recourrons à vous avec confiance. Daignez prendre sous votre charitable conduite
cette affaire importante et difficile, cause de nos inquiétudes. Faites que son heureuse issue tourne à la Gloire de Dieu et au bien de ses dévoués serviteurs.

                                                                                                                   Ainsi soit-il. 

                                                                                    

                                                                                                      Prière à saint Joseph

Saint Joseph, ayant imploré l’aide de votre très sainte épouse, j’invoque également avec confiance votre protection. Par la charité qui vous unissait à la Vierge Immaculée, la sainte Mère de Dieu, et par l’amour paternel avec lequel vous avez embrassé l’enfant Jésus, je vous prie et vous supplie humblement de m’assister de votre pouvoir et de votre force. Ainsi soit-il.

                                                                

                                                                              SAINT FRANÇOIS DE SALES (1567-1622)

                                                                                          Saint Joseph, intercède pour nous

Glorieux Saint Joseph, époux de Marie, accorde-nous ta protection paternelle, nous t’en supplions par le Cœur de Jésus et le Cœur Immaculé de Marie. O toi dont la puissance s’étend à toutes nos nécessités et sait rendre possibles les choses les plus impossibles, ouvre tes yeux de père sur les intérêts de tes enfants. Dans l’embarras et la peine qui nous pressent, nous recourons à toi avec confiance. Daigne prendre sous ta charitable conduite cet intérêt important et difficile, cause de notre inquiétude. Fais que son heureuse issue tourne à la Gloire de Dieu et au bien de ses dévoués serviteurs.
O toi que l’on n’a jamais invoqué en vain, aimable Saint Joseph, toi dont le crédit est si puissant auprès de Dieu que l’on a pu dire « au Ciel Saint Joseph commande plutôt qu’il ne supplie », tendre père, prie pour nous Jésus, prie pour nous Marie. Sois notre avocat auprès de ce Divin Fils dont tu as été ici-bas le père nourricier si attentif, si aimant, et le protecteur fidèle. Sois notre avocat auprès de Marie, dont tu as été l’époux si aimant et si tendrement aimé. Ajoute à toutes tes gloires celle de gagner la cause difficile que nous te confions.
Nous croyons, oui, nous croyons que tu peux exaucer nos vœux en nous délivrant des peines qui nous accablent et des amertumes dont notre âme est abreuvée. Nous avons de plus la ferme confiance que tu ne négligeras rien en faveur des affligés qui t’implorent.
Humblement prosternés à tes pieds, bon Saint Joseph, nous t’en conjurons, aie pitié de nos gémissements et de nos larmes. Couvre-nous du manteau de tes miséricordes et bénis-nous.
Amen.

                                                                         

                                                                                    Vertus de l’adoration de saint Joseph

Saint Joseph, après la Très Sainte Vierge, a été le premier et le plus parfait adorateur de Notre-Seigneur.
Il l’adorait avec une vertu de foi plus grande que celle de tous les saints ;
Il l’adorait avec une humilité plus profonde que celle de tous les élus ;
II l’adorait avec une pureté plus pure que celle des anges ;
Il l’adorait avec un amour qu’aucune autre créature, angélique ou humaine, n’eut et ne put avoir pour Jésus ;
Il l’adorait avec un dévouement aussi grand que son amour.
Comme le Verbe incarné devrait être glorifié par les adorations de Marie et de Joseph, qui le dédommageaient de l’indifférence et de l’ingratitude de ses créatures !
Saint Joseph adorait le Verbe incarné en union avec sa divine Mère, en union avec toutes les pensées, les actes d’adoration, d’amour, de louanges de Jésus pour son Père et de charité envers les hommes pour lesquels il s’était incarné.
L’adoration de saint Joseph suivait le mystère présent et actuel, la grâce, l’esprit, la vertu de ce mystère. Dans l’Incarnation, il adorait l’anéantissement du Fils de Dieu; à Bethléem, sa pauvreté ; à Nazareth, son silence, sa faiblesse, son obéissance, ses vertus, dont il avait une connaissance très grande, dont il voyait l’intention, le sacrifice à l’amour et à la gloire du Père céleste.
Saint Joseph adorait, intérieurement du moins, tout ce que Jésus disait et pensait. Le Saint-Esprit le lui manifestait, afin qu’il pût s’y unir, et glorifier le Père céleste en union avec son divin Fils notre Sauveur.
De sorte que la vie de saint Joseph fut une vie d’adoration de Jésus, mais d’adoration parfaite.
Je m’unirai donc bien à ce saint adorateur, afin qu’il m’apprenne à adorer Notre-Seigneur et à me faire entrer en société avec lui, afin que je sois le Joseph de l’Eucharistie comme il a été le Joseph de Nazareth.

                                                                                        

Les lignes qui suivent sont extraites de Physionomies des saints, au chapitre consacré à saint Joseph.

Saint Joseph, l’ombre du Père ! celui sur qui l’ombre du Père tombait épaisse et profonde, saint Joseph, l’homme du silence, celui de qui la parole approche à peine ! l’Evangile ne dit de lui que quelques mots : « C’était un homme juste ! » l’Evangile, si sobre de paroles, devient encore plus sobre quand il s’agit de saint Joseph. On dirait que cet homme, enveloppé de silence, inspire le silence. Le silence de saint Joseph fait le silence autour de saint Joseph. Le silence est sa louange, son génie, son atmosphère. Là où il est, le silence règne. Quand l’aigle plane, disent certains voyageurs, le pèlerin altéré devine une source à l’endroit où tombe son ombre dans le désert. Le pèlerin creuse, l’eau jaillit. L’aigle avait parlé son langage, il avait plané. Mais la chose belle avait été une chose utile ; et celui qui avait soif, comprenant le langage de l’aigle, avait fouillé le sable et trouvé l’eau.
Quoi qu’il en soit de cette magnifique légende et de sa vérité naturelle que je n’ose garantir, elle est féconde en symboles superbes. Quand l’ombre de saint Joseph tombe quelque part, le silence n’est pas loin. Il faut creuser le sable, qui dans sa signification symbolique représente la nature humaine ; il faut creuser le sable, et vous verrez jaillir l’eau. L’eau, ce sera, si vous voulez, ce silence profond, où toutes les paroles sont contenues, ce silence vivifiant, rafraîchissant, apaisant, désaltérant, le silence substantiel ; là où est tombée l’ombre de saint Joseph, la substance du silence jaillit, profonde et pure, de la nature humaine creusée.
Pas une parole de lui dans l’Ecriture ! Mardochée, qui fit fleurir Esther à son ombre, est un de ses précurseurs. Abraham, père d’Isaac, représenta aussi le père putatif de Jésus. Joseph, fils de Jacob, fut son image la plus expressive. Le premier Joseph garda en Egypte le pain naturel. Le second Joseph garda en Egypte le pain surnaturel. Tous deux furent les hommes du mystère ; et le rêve leur dit ses secrets. Tous deux furent instruits en rêve, tous deux devinèrent les choses cachées. Penchés sur l’abîme, leurs yeux voyaient à travers les ténèbres. Voyageurs nocturnes, ils découvraient leurs routes à travers les mystères de l’ombre. Le premier Joseph vit le soleil et la lune prosternés devant lui. Le second Joseph commanda à Marie et à Jésus ; Marie et Jésus obéissaient.
Dans quel abîme intérieur devait résider l’homme qui sentait Jésus et Marie lui obéir, l’homme à qui de tels mystères étaient familiers et à qui le silence révélait la profondeur du secret dont il était gardien. Quand il taillait ses morceaux de bois, quand il voyait l’Enfant travailler sous ses ordres, ses sentiments, creusés par cette situation inouïe, se livraient au silence qui les creusait encore ; et du fond de la profondeur où il vivait avec son travail, il avait la force de ne pas dire aux hommes : le Fils de Dieu est ici.
Son silence ressemble à un hommage rendu à l’inexprimable. C’était l’abdication de la Parole devant l’Insondable et devant l’Immense. Cependant l’Evangile, qui dit si peu de mots, a les siècles pour commentateurs ; je pourrais dire qu’il a les siècles pour commentaires. Les siècles creusent ses paroles et font jaillir du caillou l’étincelle vivante. Les siècles sont chargés d’amener à la lumière les choses du secret. Saint Joseph a été longtemps ignoré. Mais voici quelque chose d’étrange : chaque siècle a deux faces, la face chrétienne et la face antichrétienne ; la face chrétienne s’oppose en général à la face antichrétienne par un contraste direct et frappant. Le XVIII° siècle, le siècle du rire, de la frivolité, de la légèreté, du luxe, posséda Benoît-Joseph Labre... Le XIX° siècle est par-dessus tout, dans tous les sens du mot, le siècle de la Parole. Bonne ou mauvaise, la Parole remplit notre air. Une des choses qui nous caractérisent, c’est le tapage. Rien n’est bruyant comme l’homme moderne : il aime le bruit, il veut en faire autour des autres, il veut surtout que les autres en fassent autour de lui. Le bruit est sa passion, sa vie, son atmosphère ; la publicité remplace pour lui mille autres passions qui meurent étouffées sous cette passion dominante, à moins qu’elles ne vivent d’elle et ne s’alimentent de sa lumière pour éclater plus violemment. Le XIX° siècle parle, pleure, crie, se vante et se désespère.
Il fait étalage de tout. Lui qui déteste la confession secrète, il éclate à chaque instant en confessions publiques. II vocifère, il exagère, il rugit. Eh bien ! ce sera ce siècle, ce siècle du vacarme, qui verra s’élever et grandir dans le ciel de l’Eglise la gloire de saint Joseph. Saint Joseph vient d’être choisi officiellement pour patron de l’Eglise pendant le bruit de l’orage. II est plus connu, plus prié, plus honoré qu’autrefois.
Au milieu du tonnerre et des éclairs, la révélation de son silence se produit insensiblement.

(Ernest Hello, Physionomie des saints, Paris, Victor Palmé, 1875, ch.X, pp.139 sq. : « Saint Joseph. »)
                                                                          

O saint Joseph, combien de païens mêmes ont béni l’existence, qui ne possédaient qu’une écuelle pour manger leur pitance et qui se servaient du creux de la main pour puiser l’eau !
Et moi, tel qu’un philosophe antique écrivant l’éloge de la pauvreté sur une table d’or, je louerais ce que je n’aime point, je glorifierais ce que je n’accepte que par contrainte !
Des fils et des filles de princes sont descendus jusque dans les catacombes, s’y sont nourris de pain dur pour l’amour de votre divin Fils qui prit part à votre frugalité de Nazareth.
Ah ! Je ne vous ai pas accueilli dans mon âme avec une assez grande charité, Père des nécessiteux ! Je ne saurais m’asseoir qu’en murmurant à la table de l’artisan qui se prive, me coucher dans le lit défait du pèlerin.
Heureux vos vrais disciples qui, dans l’humble auberge, se privent d’une part de leur nourriture pour la donner en souriant à leurs petits !
A ceux-là qui ne demandent pas autre chose appartiendra le Royaume.
                                                                                    

           BON SAINT JOSEPH
tu as travaillé de

Sous-pages :

Commentaires (9)

1. MIMI 13/01/2009

MERCI J-C POUR LA PAGE A ST JOSEPH
CE GRAND ST OUBLIER
IL AS POURTAN FAIT DE GRANDE
CHOSES ET IL AS FAIT BEAUCOUP
DE GUERISONS JE SUIS HEUREUSE
DE VOIR QUE TU AS PENSER A ST JOSEPH
ST JOSEPH PRIER POUR NOUS AMEN

2. randretsa 17/03/2010

Chèr fidèle croyant,
Excaussez votre prière à notre Seigneur Jesus par le biais de Saint Joseph, et vous seriez rapidement repondu.

3. Marie 27/04/2010

Saint Joseph pries pour moi.

4. FEGUE 28/04/2010

que saint Joseph intercede pour moi afin d'obtenir un travail dans une organisation internationale de son choix.

5. pierre 31/05/2010

oui ce grand homme de la terre qui est saint joseph,qui souvent délesé, patron des travailleurs, patron des familles protecteur des enfants,pere de jésus,prier ,,,le,,,saint joseph,,,,, ils ne refuse rien, tout ce qui vien du coeur, aller demandé lui ils est grand ,joseph,,,jamais vous serai,,,,,désu,,,,,amen........

6. Christine 06/09/2010

St-Joseph.
Que par ton intermédiaire , notre maison se vendre rapidement pour le bonheur de chacun des parties présentes.
Merci de tout coeur. Amen
Christine

7. yolande 28/09/2010

Saint écoute ma prière dans ce embarras de choix, tu as été le grand travailleur et tu as même apris le travail à la main au sauveur, prie pour moi. AMEN

8. FLORENTINY 23/03/2011

Saint Joseph viens à mon aide, je t'en supplie enlève-moi sur ce poste de travail difficile pour mes compétences.

9. làhaut 23/04/2011

moi je voulais vous dire merci par ce que j'etais trés mal hier soir, et perdu dans mes larmes, et toutes la nuit j'ai eut des visions voir meme trop humour, mais j'ai lu que dieu ne pouvais pas nous mentir meme si cest vision vont dans mon désir et non dans ma lucidité je my plierais quand meme, meme si je sais que maintes peines vont marriver droit dessus, merci de ma clairevoyance et de me sauver à chaque fois que je trébuche. voilà que tu puisse poursuivre de m'aider car meme le plus minime geste sera pour moi une admiration voilà merci

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 17/10/2011

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site